Soldats en embuscade dans le film La Septième Compagnie

Prendre en tenaille selon Chaudard, Pithivier et Tassin !

La Septième Compagnie est une trilogie de films comique français sortis en 1973, 1975
et 1977 réalisés par le célèbre acteur et réalisateur Robert Lamoureux. Basée sur le comique de la situation, cette série de films ne portent aucune intention morale sur l’armée française de l’époque, mais fais la part belle aux jeux d’acteurs et a l’aspect rocambolesque des aventures dans lesquels les protagonistes devront évoluer. Les aventures de la 7eme, doivent se voir plutôt comme une série de pièces théâtrales présentant avec humour et sans jugement postérieur le théâtre d’opération complexe dans lequel l’Armée Française de 1940 devait manœuvrer.

Le première acte de « Mais où est donc passée la septième compagnie ? » nous transporte en 1940. Pourchassée par la Wehrmacht, la Septième compagnie de transmission ce cache dans un bois. Trois hommes sont envoyés pour établir un poste d’observation : les soldats Tassin (Aldo Maccione dans le premier film puis Henri Guybet dans les deux suivants) et Pithivier (Jean Lefebvre) et leur sergent-chef Chaudard (Pierre Mondy). La petite escouade se cache dans un cimetière pour établir une surveillance, afin de garder le contact avec la 7e compagnie ils tirent un câble téléphonique. Malheureusement, les Allemands découvrent le câble, le suive et encercle la 7e compagnie qui est faite prisonnière. Seul notre trio échappe aux Allemands et commence sa folle aventure.

Le rapport avec l’airsoft ?

Tout ceci est bien beau vous me direz, mais quel est le rapport avec l’airsoft ? Si l’on occulte l’aspect comique des aventures de nos trois héros et que nous les regardons sous un air plus sérieux, nous pouvons dire que leurs actions sont un cas d’étude pratique pour vos Ops !
En tout bien tout honneur naturellement.

Tous d’abord, être dans la même situation que nos protagonistes et totalement réaliste.
Vous partez en groupe d’éclaireurs, votre section attend le retour de votre groupe. Elle se fait éliminer durant votre expédition, vous vous retrouvez donc isolé et entouré d’ennemis. Dans les faits, c’est un scénario qui a déjà dû arriver à bon nombre d’entre-nous. Mais que faire à ce moment-là ?

Surtout, ne paniquez pas ! Car comme le souligne si bien Mirabelle :

« Mais tremblez pas comme ça, ça fait de la mousse !!! »
Colonel Blanchet dit « Mirabelle », incarné par Robert Lamoureux, Mais où est donc passée la Septième Compagnie ?

Vous avez plusieurs solutions, vous pouvez vous rendre, ou bien retourner à votre respawn ou encore venger votre section dans une charge héroïque… Mais si au lieu de faire ça, vous pourrissiez la vie de votre ennemi ?

le soldat Pithivier (Jean Lefebvre), Tassin (Aldo Maccione), le sergent-chef Chaudard (Pierre Mondy) et le lieutenant Duvauchel (Érik Colin) durant un instant d’observation dans le film Mais où est donc passée la septième compagnie ?.

Optez pour la guérilla !

Analysons les faits, vous formez une petite escouade de combat, caché et non repéré par l’ennemi, mais très certainement entouré par lui. Comme nos trois compères en réalité, mais comparés à eux, vous avez envie d’en découdre. Il est donc temps de passer en mode guérilla !
Des actions méthodiques, mais discrètes pourront apporter un soutien non négligeable à votre équipe et menez la vie dure à l’ennemi. Arriver avant lui sur un objectif, l’avoiner copieusement et filer à l’anglaise aussi vite que possible pour le forcer à se disperser ou ralentir sa progression, lui piquer ses objets de jeux ou même un véhicule comme dans le film.

« On est comme une espèce d’épine que les boches auraient dans les fesses ».
 Jean Lefebvre, Mais où est donc passée la 7ème compagnie ?

Autant de mouvements possibles qui créeront une certaine forme de zizanie et compromettra ses actions ! Pensez aussi à la Kommandantur ennemie, qui enverra ses hommes récupérer des objets qui ne sont plus à l’emplacement indiqué…un vrai bazar en perspective et beaucoup d’énergie dépensée pour rien !  Attention tout de même à ne pas faire de l’anti-jeux au risque de vous attirer les foudres des orgas…. Mais comme le dit bien l’adage « c’est le jeu ma pauvre Lucette ! »

« ….. La tenaille quoi ! »

Autre option envisageable « la tenaille », comprenez par là que vous pouvez rester sur votre position et attendre que le gros des forces revienne. Embusqué, de manière furtive, vous pourrez guetter les faits et gestes de l’ennemi et les communiquer à vos alliés afin de planifier une attaque ou de prendre l’adversaire en tenaille. Puisque votre position est idéale, votre petit groupe pourrait déjouer toutes fuites ennemi si vos alliés les attaquent. Ou plus fourbes encore, vous pourrez les prendre à revers et refermer la tenaille sur la poche.
En sommes, « Bougez pas ont arrive ! »

  1. « – Comprenez, une supposition que les Allemands reculent…Crac ! On est là !
    – Pour les empêcher de reculer.
    – Non pour euh…….la tenaille, quoi.
    – La tenaille, oui. »

    Chaudard et la fermière, Mais où est donc passée la Septième Compagnie ?

Mais dans le jargon militaire, la tenaille c’est plutôt ça. Pour résumer, un mouvement en tenaille désigne une manœuvre coordonnée et simultanée de deux ou plusieurs groupes permettant d’encercler un ennemi en le prenant à revers par les deux flancs afin de lui couper toute retraite ou possibilité de recevoir de nouveau renfort.

En situation réelle, vous pouvez par exemple faire une tenaille sur une colonne ennemie ou une position retranchée. Pour se faire, localisez avec précision l’adversaire et divisez votre formation en deux ou plusieurs groupes. Vos groupes n’ont pas forcément besoin d’être identiques, ils doivent plutôt répondre à votre stratégie d’attaque. Si vous voulez que votre tenaille fonctionne, ne mettez donc pas forcément Tassin, Pithivier et Chaudard ensemble, mais placez-les de manière logique et utile ! Sauf si vous voulez, crée une zizanie totale aussi bien dans vos lignes que chez l’adversaire…

Prise en tenaille par attaque simultanée sur les deux flancs d’une colonne adverse. Ici votre escouade se divise en deux groupe identique pour attaquer et encercler simultanément une colonne adverse.

La phase d’attaque : Une bonne tenaille n’est pas obligatoirement une action simultanée des deux groupes. Bien sûr, vous pouvez attaquer au même instant, mais vous pouvez aussi avoir un temps de décalage pour assurer la prise en sandwich de l’ennemi. Exemple avec ce schéma  pendant que vos alliés (en vert) attaque la colonne ennemie, vous restez en position à l’arrière sans vous faire remarquer. Ce n’est que lorsque vous verrez l’ennemi battre en retraite que vous l’engagerez ! Totalement surpris, il sera pris de court et vous pourrez rapidement l’éliminer du jeu ! Tenir votre position sera d’autant plus utile si votre groupe possède une réplique de soutien et un bon Tassin aux commandes. Dans ce cas, assurez-vous d’avoir un champ visuel et de tir bien dégagé afin de rapidement faire un carton !

« Mais Pas si vite ! » Comme dirait Mirabelle, parce que si vous attaquez de manière simultanée avec le groupe a l’avant, vous pourrez recevoir des tirs amis dans la confusion de l’action… donc, rester prudent et jouer avec discernement.

Exemple de prise en tenaille. Vos alliées (en vert) prennent en embuscade une colonne ennemie (en rouge). Votre groupe en appui, agit sur l’arrière de la colonne adverse.

Une fois la section éliminée, prenez immédiatement une formation défensive ou bougez !
Si vous restez planté là, vous serez une cible facile pour l’ennemi qui peut toujours traîner dans le coin. Se faire prendre en tenaille après une tenaille serait bien le comble… mais où va le monde je vous le demande. Car comme le dirais notre cher sergent-chef Chaudard :

 » Ce qu’il faut maintenant, c’est pas rattraper les Allemands qui sont devant … sans se laisser rattraper par les Allemands qui sont derrière »
Chaudard, On a Retrouvé la 7ème Compagnie

Dans tous les cas, « restez groupir ! »

Comme nos trois héros nous le prouveront tout au long de leurs aventures, l’union fait la force alors « Restez groupir ! ». Seul vous êtes une cible facile, ensemble vous restez un groupe de combat ! Jusqu’à ce que vous retrouviez vos alliés, tâchez de rester ensemble, surtout si vous avez le casse-croute pour la section avec vous. Pour vous aider et vous inspirer, voici quelques formations en trio :

Schéma de triangle défensif à trois éléments.

Schéma de la formation de dispersion en trio.

Schéma de la formation en flèche à trois.

Schéma de la formation en V (VEE) à trois.

Schéma de la formation en triangle à trois.

Les formations en trio sont idéales pour bouger rapidement, mais vous êtes également vulnérable car peu nombreux. Ne réalisez pas d’action héroïque ! Mais jouez et bougez de manière astucieuse et restez en contact avec vos alliés.

 « – Qu’est-ce qu’il dit ?
– Il dit « groupir » il veut qu’on reste groupés.
– Ah d’accord ! Ah ben tu vois je connais déjà un mot !
– Ja Ja groupir ! Moi comprir ! »
Tassin et Pithivier et le soldat allemand, On a Retrouvé la 7ème Compagnie

Après toutes vos péripéties et cette tenaille rondement menée vous pouvez revenir au camp avec le sens du devoir bien accompli ! Bravo la 7ème vous avez réussi ! Vous pourrez aller savourer quelques patates, saucisson à l’ail et autres sardines et prendre un peu de repos.