Vous avez dit M16 ?

Ils sont partout ! Les M16, M15 et M4 sont les répliques de base et souvent le cœur de bon nombre de joueurs. Modèles présents et récurrents chez presque tous les fabricants,
les M4 se déclinent en une pléthore de modèles, de couleurs, et de versions. Ils disposent d’une liste d’accessoires, de chargeurs ou de pièces tous bonnement impressionnante. C’est bien simple, il y en a pour tous les goûts et toutes les envies. Quelques que soit votre style ou votre terrain de jeu il y a un forcément un M16 ou un M4 pour vous.
C’est à tel point que de se rendre sur une partie sans trouver une réplique de ce type est un exploit.

Mais non content d’être certainement les armes les plus représentées au travers des répliques d’airsoft, elles sont aussi des icônes américaines présentes dans la pop-culture,
le monde vidéoludique et également dans l’univers de l’armement et du tir sportif.
Mais un M16 qu’est-ce que c’est au juste ?

Temps de lecture : 5 mins

L’architecture d’Eugène Stoner !  

Eugene Morrison Stoner
22 novembre 1922 – 24 avril 1997

Pour comprendre leur succès, il faut connaître leur histoire. Pour cela, revenons en 1955 chez l’armurier américain ArmaLite pour lequel travaille Mr Eugene Stoner (le père d’une autre arme légendaire, la Stoner 63). Ancien soldat américain du corps des Marine, M. Stoner est un véritable génie de la mécanique et ingénieur prolifique. Il sera le premier à avoir l’idée d’utiliser de la fibre de verre, de l’aluminium et d’autre matériaux issus de l’aviation dans de nouvelles armes.
Il est d’ailleurs sur le point de terminer la conception d’un fusil léger à la plateforme révolutionnaire, l’AR-10. Son arme sera envoyée en test auprès de l’armée américaine, mais après des essais pourtant concluants, elle lui préférera le T44 (futur M14) au style plus conventionnel pour l’époque.

En 1957, un général quatre étoiles nommée Wyman visite les ateliers d’Armalite et rencontre Eugène Stoner. Les deux hommes discutent et le général lui annonce que le gouvernement est intéressé par le développement de la série AR pour l’armée. L’ingénieur épaulé par son adjoint Robert Fremont et le dessinateur technique L. James Sullivan, conçoivent ainsi l’AR-15 à partir de l’AR-10. L’AR-15 est alors une version adaptée de son grand frère, conçu pour tirer du petit-calibre (.223 Remington). Ce fusil est alors le premier de l’histoire à être fabriqué avec des parties en aluminium. Son design autant que sa mécanique préfigurent le futur des célèbres M4, M15 et M16 mais ses concepteurs ne le savaient pas encore.

Photographie d’un AR-10 de la guerre du Vietnam conservé au National Firearms Museum,  photo du 14 avril 2007
Prise par Joe Loong sur son compte Flickr code photo DSCF1108.

Colt à la rescousse !

Après bien des déboires avec l’armée américaine, Colt arrive au galop et rachète les droits de l’AR-15 à Armalite. Avec une campagne de communication massive et une fiabilisation améliorée le célèbre armurier au Mustang transforme l’AR-15. Il le renomme CAR-15 pour le marché civil et Colt 601 / Colt 602 pour le marché militaire. La Guerre du Vietnam débute et très rapidement l’AR-15 est envoyé en test auprès des forces militaires Sud-Vietnamien, les retours seront enthousiastes et en 1963 quelques 85.000 unités sont commandées par l’US Army sous la désignation XM16E1 et 19.000 par l’US Air Force qui le nomme M16.
Par la suite le M16 sera décliné en plusieurs versions qui le feront évoluer au fur et à mesure des besoins et retours des militaires de terrain. Le M4 est pour simplifier, une version raccourcie et plus légère du M16A2. Comme son grand frère, son architecture est dérivée
de l’AR-15 de Stoner.
Il fait son apparition auprès des forces spéciales américaines en 1994 et remplacera progressivement le M16A2 dans un bon nombre d’unités de combat pour devenir l’arme iconique Américaine dans tous les esprits.

Le colonel Robert Sigholtz de Springfield, Virginie tient un nouveau fusil en mars 1967 – l’AR-15, photographie de Horst Faas AP

Eugène Stoner est le père de bien des armes emblématiques américaines. Il améliorera et transformera sa plateforme au grès de ses changement professionnel auprès des différents armurier américains pour lequel il travaillera. Parmi ces dernières créations il y a notamment
le SR-25 (U.S. Navy Mark 11 Mod 0 sniper rifle) ou le Stoner 96.

Une histoire de nom

Comme nous avons pu le constater l’AR-15 d’Eugène Stoner est l’architecture type qui donna naissance à bon nombre de variantes. Les noms et dénomination des différentes armes qui sont issues de l’invention de Stoner varient en fonction des armuriers mais aussi des corps d’armées qui s’en équipent.

Eugene Stoner avec un fusil AR-10. Derrière lui se trouvent des prototypes AR-10 et des variantes du fusil de survie ArmaLite AR-5, qu’il a également conçu. Source YouTube.

Étant donné que l’AR-15 est né dans les ateliers d’Armalite, l’arme possède dans sa désignation « AR » qui n’est rien de plus que les deux premières lettres de la compagnie et non pas Assault Riffles comme beaucoup le pensent. L’appellation « AR » ce retrouve dans les noms de presque tous les modèles de l’armurier.

Le CAR-15 est la version de l’AR-15 fabriqué et vendu par Colt, l’entreprise détiens toujours les droits autour de l’architecture.

Les désignation M16 et XM16 sont issues de la désignation militaire de l’arme, ils sont aujourd’hui tellement répandus auprès du grand publique qu’ils ont presque totalement éclipsé le nom original de l’arme. Quand a la particule A1, A2, A3 et A4, elles font référence aux particularités des mises à niveaux ou changements du M16 avec le temps.

Aujourd’hui encore, rien qu’aux États-Unis, plus d’une dizaine de fabricants en plus
de Colt et Armalite, fabriquent leur propre version de l’AR-15 et bon nombre d’accessoires
pour ce dernier.

L’arrivé du M16 dans le monde de l’airsoft

Quand Tokyo Marui développe les premières gearbox et donne naissance aux AEG
(l’entreprise est également l’inventeur du système hop-up ) entre 1990 et 1991,
les armes issues de l’architecture d’Eugene Stoner seront les premières, avec le FAMAS à voir le jour en version Airsoft. Ces répliques déclencheront le développement de l’Airsoft que nous connaissons aujourd’hui et de nos AEG (Automatic Electric Gun) modernes. La firme japonaise, fabriquera toute une gamme de répliques issues de l’AR-15 comme le M16A1, le CAR-15 ou encore le XM177-E2.

Gearbox

Fonctionnement d’une gearbox AEG

La seconde avancée majeure dans le monde des AEG fut l’arrivée d’un second fabricant de génie japonais haut de gamme, Systema. La firme a notamment conçu ses légendaires « PTW » qui reprenaient le poids, l’équilibre et la taille à l’échelle 1: 1 des M4A1 (et par la suite d’autres variantes de l’AR-15). Elles furent aussi les premières répliques rapidement modifiables via un système de changement de cylindre unique.

C’est aujourd’hui Cybergun qui détiens les droits pour vendre des M4 Airsoft avec les marquages officiels Colt, d’autre fabricants ont obtenu des Licences issues des autres armuriers ou ont créé leur propres versions de l’AR-15 destinés à l’airsoft comme ASG qui possède la licence Armalite par exemple. Tokyo Marui continue de son coté à developper des répliques haut gamme, baptisé « Next Gen » elles possèdes des technologies qui pousse toujours a plus de réalisme et de sensations mais sont réservés à des joueurs ayant un budget conséquent.

Pour conclure, si nous retrouvons autant de répliques au look de M16/M4 c’est en grande partie grâce au succès de l’AR-15 et du M16 dans le monde militaire et parce qu’avec le FAMAS, elles fûrent les premières armes a être déclinées en airsoft . Un succès qui se traduit  encore aujourd’hui par une place prédominante sur le marché des répliques airsoft.

Pour en savoir plus (articles en anglais et ne parlant que d’arme réelle et non d’Airsoft) ;
– The Guns of Eugene Stoner
– The M16: a history in pictures