Les différentes zones sur un terrain d’airsoft

Vous avez récemment créé votre association airsoft, ou alors rejoint une team d’airsoft, et vous êtes finalement parvenu à trouver un terrain d’airsoft, après d’âpres recherches. Reste à présent à définir les différentes zones de votre terrain ! Zone neutre, zone de respawn ou zone de combat, voici ce qu’il faut savoir !

La zone neutre du terrain

Également nommée la « safe zone » ou zone de sécurité, cette partie du terrain est la seule dans laquelle il est formellement interdit de tirer. Voici une règle airsoft parmi les plus connues. Il est par ailleurs obligatoire de tenir sa réplique airsoft vers le bas pour éviter tout tir accidentel lors que l’on s’y aventure. Certains organisateurs vont même jusqu’à interdire la présence de répliques dans la safe zone, une fois la partie commencée.

Cet endroit, qu’il est conseillé de bien délimiter (avec du grillage ou des panneaux en bois, par exemple) peut également faire office d’infirmerie, de cantine, de zone de repos ou encore de zone de stockage, en fonction de l’ampleur du scénario et du nombre de joueurs impliqués.

C’est aussi le seul endroit où les joueurs sont autorisés à retirer leurs protections oculaires (casque, lunette, masque de protection).

La zone de respawn

Certains scénarios imposent une zone de respawn. Héritée de la culture jeu vidéo, ce lieu, qui peut parfois coïncider avec la safe zone, symbolise l’endroit où le joueur reprend vie lorsqu’il a été touché.

En règle générale, chaque équipe possède sa propre zone de respawn. Les joueurs sont autorisés à revenir en partie à partir d’un certain nombre de secondes, si toutefois le scénario d’airsoft le permet.

La zone de test pour le réglage des répliques

Avant de débuter une partie, les joueurs ont parfois besoin d’effectuer quelques tests afin de s’assurer que leur réplique est bien réglée, tant au niveau du hop-up que de l’optique de visée. Il peut également être utile de contrôler la puissance de sa réplique airsoft, par exemple après un upgrade AEG, pour être sûr d’être dans les règles.

Comme il est formellement interdit de tirer au sein de la safe zone, il peut être judicieux de prévoir une zone uniquement dédiée aux tests des répliques. Pour éviter toute « bille perdue » et permettre aux joueurs de régler leur matériel sans contrainte, il est là encore essentiel de bien délimiter cette zone.

La zone de combat

Terminons avec la zone de jeu la plus importante, celle qui motive des milliers de joueurs à se lever parfois très tôt le dimanche pour aller s’affronter dans des joutes endiablées : la zone de combat !

Plus ou moins étendue, parsemée d’obstacles en tous genres, cette zone dédiée aux affrontements peut être personnalisée en fonction du scénario ou du type de partie. Une partie d’airsoft peut aussi bien se dérouler en extérieur que dans un bâtiment (on parle alors de « CQB » pour Close Quarters Battle).

Le combat en extérieur

Qu’ils se déroulent sur un terrain boisé ou dans un champ spécialement aménagé pour l’occasion, les parties en extérieur permettent de nombreux types de scénarios. Surtout, ils donnent l’opportunité aux joueurs de dévoiler toute la palette de leurs talents.

Les tireurs d’élite, qui n’hésitent pas à user du camouflage pour rester hors de portée de leurs adversaires apprécient tout particulièrement ce type de terrain, sur lequel ils peuvent s’en donner à coeur joie avec leur fusil sniper.

Avant de débuter une partie, assurez-vous d’avoir balisé le pourtour du terrain de façon à ce que les promeneurs ne fassent pas irruption en cours d’affrontement. Si cela devait arriver, souvenez-vous que les règles de sécurité vous obligent à stopper immédiatement la partie !

Le CQB

Généralement situés dans un bâtiment désaffecté ou dans un entrepôt aménagé, les terrains intérieurs offrent des options plus limitées, notamment en ce qui concerne le type d’arme qu’il est possible d’utiliser. Ils offrent toutefois matière à s’amuser, par exemple lorsqu’une équipe doit s’introduire dans le bâtiment où est retenu un VIP. Notez par ailleurs que, si vous en avez l’opportunité, rien ne vous empêche de mixer intérieur et extérieur pour varier les situations.

Évidemment, même en CQB, un terrain doit au moins inclure une safe zone, dans laquelle les joueurs peuvent retirer leurs protections sans se mettre en danger. La présence d’une zone de respawn ou d’une zone de test dépend quant à elle du scénario ou des choix des organisateurs.

Si vous souhaitez jouer en CQB, c’est-à-dire en intérieur, mais que vous n’avez aucun bâtiment à disposition, sachez qu’il vous sera tout de même possible de pallier cette limitation. Avec un peu de matériel (des palettes, du grillage…) et un brin d’imagination, il est en effet possible de simuler une zone CQB que vous pourrez en plus moduler à votre convenance. Une solution de fortune qui permet toutefois de s’amuser et s’entraîner !